MIS Banner
M.I.S Trend S.A

Pont Bessières 3
CH-1005 Lausanne

tel +41 21 320 95 03
fax +41 21 312 88 46

Laupenstrasse 10
CH-3008 Bern

tel +41 31 950 21 50
fax +41 31 950 21 59


mail info@mistrend.ch
Français German
Recherches de marché suisse
back Retour || M.I.S TREND >> Foire Aux Questions

Foire Aux Questions

  • Marge d'erreur d'un sondage
  • Comment déterminer la taille de l'échantillon ?
  • Que signifient les trois lettres "M.I.S." ?
  • Comment les personnes interrogées sont-elles choisies ?
  • Pourquoi les prévisions de vote sont-elles parfois approximatives ?
  • Quel est le coût d'un sondage ?

>> MARGE D'ERREUR D'UN SONDAGE

La marge d'erreur d'un échantillon est une estimation de l'étendue que les résultats obtenus à une question peuvent avoir. Moins la marge d'erreur est importante, plus on peut avoir confiance dans la précision des résultats de l'enquête.

La marge d'erreur est calculée à l'aide d'une formule mathématique (Loi de Gauss) : elle dépend de la taille de l'échantillon (nombre de personnes ayant répondu à l'enquête) et d'un intervalle de confiance ; celui de 99% est le plus prudent, mais 95% est le plus répandu.

Un niveau de confiance de 95% signifie qu'on est sûr à 95% que la valeur réelle se trouve dans la marge d'erreur de la valeur obtenue lors du sondage. Par exemple, elle est de ± 3,1% pour 1000 répondants : si 50% répondent " oui " à une question, il y a 95 chances sur 100 pour que cette réponse soit effectivement donnée dans l'ensemble de la population par une proportion située entre 46,9% et 53,1%.

Enfin, la marge d'erreur ne décroît pas proportionnellement au nombre de personnes consultées. Voici quelques marges d'erreur maximales (intervalle de confiance de 95%) :

  • pour 100 interviews : ± 9,8%
  • pour 200 interviews : ± 6,9%
  • pour 300 interviews : ± 5.7%
  • pour 500 interviews : ± 4,4%
  • pour 1000 interviews : ± 3,1%
  • pour 2000 interviews : ± 2,2%

>> COMMENT DETERMINER LA TAILLE DE L'ECHANTILLON ?

Le principe des sondages repose sur le fait qu'il suffit d'interroger un échantillon représentatif d'un univers observé pour obtenir des réponses valables sur le total de cet univers : c'est ce qu'on appelle l'échantillonnage.

Faut-il manger toute la soupe pour savoir si elle est assez salée ? Non, une seule cuillère suffit si la soupe est bien brassée : c'est un échantillon. De plus, ce n'est pas parce que le sondage porte sur l'ensemble de la Suisse qu'il devra compter sur plus de personnes qu'un sondage sur la Suisse romande seulement. En effet, que l'on ait préparé un grand chaudron de soupe ou une petite casserole, une seule cuillère permet de savoir si elle est assez salée.

Accroître la taille d'un échantillon permet d'abord de réduire la marge d'erreur et par conséquent de renforcer les enseignements qu'on peut tirer d'un sondage : lorsque l'on interroge 300 personnes par exemple, la marge d'erreur est de ± 5,7% ( intervalle de confiance à 95%) ; pour 1000 personnes, la marge d'erreur n'est plus que de ± 3,1%. La marge d'erreur se réduit de manière significative jusqu'à 400 interviews, au-delà les gains sont moins importants (non proportionnels).

Toutefois, l'avantage principal d'un plus grand échantillon est qu'il permet de multiplier les tris croisés, d'observer des sous-groupes et d'analyser les résultats plus en profondeur. Avec un échantillon de 300 personnes, on aura du mal à analyser des résultats autres que totaux, car les sous-groupes pourraient être trop réduits pour être significatifs ou seraient alors entachés d'une trop grande marge d'erreur.

>> QUE SIGNIFIENT LES TROIS LETTRES “M.I.S.” ?

Lors de sa création, le nom de l'entreprise “M.I.S”, signifiait Marketing, Informatique et Services. Au fil des années et de sa spécialisation dans le domaine des études de marché et sondages d'opinion, le mot anglais “Trend” (Tendances) a été ajouté à ces trois lettres. Celles-ci ont alors perdu leur signification d'origine... même si avec une touche d'humour et beaucoup de modestie, nous aimons penser que M.I.S signifie “Meilleur Institut Suisse” !

>> COMMENT LES PERSONNES INTERROGEES SONT-ELLES CHOISIES ?

Le principe des sondages repose sur le fait qu'il suffit d'interroger un échantillon représentatif d'un univers observé pour obtenir des réponses valables sur cet univers total : c'est ce qu'on appelle l'échantillonnage.

Un échantillon est donc la miniature d'un univers défini, comme par exemple l'ensemble de la population suisse. Un tel échantillon peut être considéré comme représentatif lorsqu'il reproduit en modèle réduit les caractéristiques de l'univers considéré. Deux types de méthodes sont utilisées pour la constitution d'échantillons : la méthode dite aléatoire (random) et celle des quotas.

  • Les quotas : comme la vérité de la miniature réside d'abord dans ses proportions, on va étudier la composition de l'univers pour imposer à l'enquêteur des quotas de personnes à interroger : tant d'hommes, tant de femmes, de personnes actives et de retraités, etc.

  • Random : on parle en revanche des méthodes aléatoires lorsque les personnes à interroger sont sélectionnées au hasard dans l'univers selon des règles en accord avec la théorie des probabilités, en vertu du principe que chacune des personnes constitutives de l'univers a les mêmes chances d'entrer dans l'échantillon.

>> POURQUOI LES PREVISIONS DE VOTE SONT-ELLES PARFOIS APPROXIMATIVES ?

Parce que l'échantillon d'un sondage est représentatif de l'ensemble de la population et non de l'ensemble des votants.

Parce que les Suisses votent de façon intermittente et qu'un rien les détourne de leur intention de se rendre aux urnes (taux de participation généralement faibles).

Parce que l'opinion s'alimente jusqu'à la dernière heure des informations et des arguments diffusés par les médias et politiques. Les sondages ne peuvent paraître qu'au plus tard 10 jours avant les votations, ils sont donc "une photo instantanée " de l'opinion publique 10 jours avant les votations.

Et non pas ... parce que l'échantillon est mal fait, ou les questions mal posées ou parce que les gens mentent volontairement...

>> QUEL EST LE COÛT D'UN SONDAGE ?

Le prix d'une étude ad hoc dépend de nombreux éléments :

  • de l'approche méthodologique appliquée
  • des caractéristiques des personnes interrogées (de la cible consultée)
  • de la taille de l'échantillon observé
  • de la durée des interviews

Il est donc particulièrement difficile d'indiquer des fourchettes de prix pour des études "ad hoc". Nos chefs de projets sont volontiers à votre disposition pour établir un rapide devis en fonction de la nature de vos besoins.